Emploi au Sénégal : les secteurs qui recrutent à Dakar

Identifiez-vous pour accéder à vos services.
Vue aérienne de Dakar. © © Youri Lenquette/2014.
Sous l’impulsion du Plan Sénégal Emergent (PSE), de nouveaux secteurs se développent dans la capitale sénégalaise offrant de nombreux débouchés professionnels dans la région. Mais la main d’œuvre qualifiée manque aujourd’hui sur le marché.
Depuis bientôt cinq ans, Dakar se métamorphose. Initié par le président Macky Sall, le plan Sénégal Emergent (PSE), dont la deuxième phase démarre en 2019, est à l’origine de cette grande transformation. L’objectif : favoriser le développement économique et social du Sénégal, et hisser sa capitale au rang de hub économique de l’Afrique de l’Ouest. Face aux nouvelles opportunités d’emplois, les entreprises se pressent aujourd’hui dans la capitale et sa région. Mais elles sont rapidement confrontées à une pénurie de main d’œuvre qualifiée. Dans une étude de l’Office national pour la formation professionnelle (ONFP) publiée en 2018, 72 % des entreprises dans dix secteurs affirment avoir rencontré des difficultés majeures à recruter. L’inadéquation entre les besoins de ces nouveaux acteurs et le manque de formations professionnelles est l’une des causes relevées.
>> LIRE AUSSI : Emploi en Côte d’Ivoire : les métiers qui recrutent à Abidjan
En plein développement grâce à une amélioration de l’environnement des affaires au Sénégal, les entreprises du secteur minier comme Sabadola, a Grande Côte Opérations ou encore Fephos, spécialisé dans le phosphate, recherchent par exemple des spécialistes. Or, les filières de niveau bac +2/3 et bac +5 en génie minier, génie civil, génie métallurgique et génie géologique ne sont pas assez nombreuses. La majorité des entreprises ont également un besoin criant de cadres dirigeants dotés d’un profil hybride. Les écoles privées s’adaptent petit à petit à cette demande. « Nous formons nos étudiants pour qu’ils puissent allier management et technique », explique Aichatou Dieng, responsable des programmes de BEM Dakar. Une double casquette également demandée dans le BTP qui prend de l’ampleur dans la capitale avec les nouveaux chantiers (construction de logements, amélioration des transports…).
Parmi les secteurs en expansion, l’agriculture occupe une place de choix. Selon l’ONFP, plus de 5 000 postes sont à pourvoir dans ce secteur sur les 19 666 emplois prévus dans le PSE.
« Nous avons une forte appétence pour le « consommer local » au Sénégal en ce moment », note Deffa Ka manager du cabinet Fed Africa. Les géants du secteur comme les Grands Domaines du Sénégal, spécialisés dans l’horticulture, ou Société de Cultures Légumières, se sont installés à Saint-Louis, région qui concentre l’activité. D’ouvrier à ingénieur agricole, les débouchés sont multiples.
>> LIRE AUSSI : Classement : les 4 meilleurs employeurs d’Afrique selon Forbes
Si le marché reste dominé par les groupes internationaux comme Nestlé qui recrute surtout à Dakar des profils top management, des entreprises locales se professionnalisent. Sedima, dont le siège est situé dans la capitale, est par exemple leader dans la région pour la filière avicole. Depuis l’interdiction de l’importation de poulets au Sénégal il y a cinq ans, l’entreprise a pris le contrôle de toute la production, de la ponte en passant par l’élevage jusqu’à la transformation. Les besoins les plus élevés portent alors sur des techniciens avec des compétences élevées : ingénieurs agricoles, agronomes, généticiens…
Mais le Sénégal ne dispose pas encore de formations au niveau des standards d’usines et de laboratoires. Sedima a alors créé son propre centre et travaille avec le gouvernement pour créer des ponts avec les écoles. De son côté, Sup de Co Dakar a créé une nouvelle filière. « Nous avons inclus l’entrepreneuriat rural dans nos formations en ouvrant notamment un bachelor en agro-business sur la région nord du Sénégal », note Yasmine Sy Sar, directrice du développement stratégique et qualité de l’école de commerce. Elle encourage les jeunes à rivaliser avec les grands groupes.
Le pays investit également dans le secteur des hydrocarbures après la découverte de gisements de pétrole et de gaz à la frontière entre le Sénégal et la Mauritanie. Des entreprises canadiennes, américaines, françaises et australiennes souhaitent s’installer. « Les groupes internationaux y vont avec engouement. De nombreuses opportunités sont à saisir », lance Deffa Ka de Fed Africa. Présent depuis 70 ans sur la partie marketing/distribution, Total a notamment ouvert une filiale d’exploration avec des besoins de fonctions opérationnelles et de management. « Ce sont des recrutements de masse. Selon le pays, entre 700 et 1000 personnes travaillent généralement en rotation sur ce type de plateformes », précise la manager. Le gouvernement met alors les bouchées doubles sur la formation. Un institut national du pétrole a été lancé pour former à ces métiers. Mais le temps que la branche se développe, le Sénégal, encore vierge dans ce domaine, devra chercher de la main d’œuvre au Ghana ou au Congo, des pays très avancés sur l’exploration de cette ressource. « Le potentiel local sera tout de même privilégié pour les recrutements à venir », nuance la manager.
>> LIRE AUSSI : Emploi : 3 questions à Stéphanie Déchelette, DRH adjointe de Colas
Si le développement de nouveaux moteurs autour de l’agriculture, l’industrie minière, les infrastructures et l’énergie dynamisent le marché, les filières traditionnelles comme la banque, le tourisme ou la grande distribution avec Auchan restent toujours attractives à Dakar. Tout comme celui des télécommunications qui opère un virage avec l’arrivée de start-up. Les experts IT, émanant surtout de la diaspora, s’intéressent aux projets de cette nouvelle économie numérique. La « start-up nation » est aussi en marche au Sénégal.
BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT
AVIS DE VACANCE DE POSTE No ADB/22/809

INTITULÉ DU POSTE :
 
DIRECTEUR /DIRECTRICE, POLITIQUE MACROÉCONOMIQUE, PRÉVISIONS ET RECHERCHE 
COMPLEXE :
DÉPARTEMENT :
 
ÉCONOMISTE EN CHEF/VICE-PRÉSIDENCE POUR LA RECHERCHE ÉCONOMIQUE, LE DIALOGUE SUR LES POLITIQUES ET LA GESTION DES CONNAISSANCES (ECVP)
POLITIQUE MACROÉCONOMIQUE, PRÉVISIONS ET RECHERCHE (ECMR)
GRADE 
 
EL5
SUPÉRIEUR HIÉRARCHIQUE :
 
ÉCONOMISTE EN CHEF/VICE-PRÉSIDENT POUR LA RECHERCHE ÉCONOMIQUE, LE DIALOGUE SUR LES POLITIQUES ET LA GESTION DES CONNAISSANCES (ECVP)
LIEU D’AFFECTATION :
 
ABIDJAN, CÔTE D’IVOIRE
INFORMATIONS CONCERNANT LE POSTE :
 
CE POSTE BÉNÉFICIE DU STATUT INTERNATIONAL ET OUVRE DROIT AUX CONDITIONS D’EMPLOI Y AFFÉRENTES.
Si vous rencontrez des difficultés techniques pour soumettre votre candidature, veuillez envoyer un courriel avec une description précise du problème ou une capture d’écran indiquant le problème à : HR Direct HRDirect@AFDB.ORG
No SAP :
 
50092394
DATE DE CLÔTURE :
 
05 JUIN 2022 (à 23 h 59 GMT)
 
 
LA BANQUE :
Créée en 1964, la Banque africaine de développement est la première institution panafricaine de développement. Elle a pour mission de promouvoir la croissance économique et le progrès social dans l’ensemble du continent. La Banque compte 81 pays membres, dont 54 pays africains (les Pays membres régionaux). Le programme de développement de la Banque vise à fournir l’appui financier et technique aux projets porteurs de transformation qui permettront de réduire sensiblement la pauvreté grâce à une croissance économique inclusive et durable en Afrique. Pour davantage se concentrer sur les objectifs de la Stratégie décennale (2013‑2022) et réaliser un plus grand impact sur le développement, Cinq grandes priorités (High 5) dans lesquelles les interventions devront s’intensifier pour accélérer l’obtention de résultats en Afrique ont été identifiées, à savoir : l’énergie, l’agro-industrie, l’industrialisation, l’intégration et l’amélioration de la qualité de vie des populations africaines. La Banque entend constituer une équipe de direction qui pilotera la mise en œuvre efficace de cette vision.
LE COMPLEXE
La Vice-présidence (ECVP) est principalement chargée d’amener le Groupe de la Banque à donner la priorité à la production, l’analyse, la diffusion, le courtage et la mise en œuvre de solutions du savoir pertinentes dans toutes les priorités opérationnelles des High 5 et les thèmes transversaux de sa stratégie décennale. Ces solutions doivent répondre clairement aux problèmes de développement prioritaires auxquels font face individuellement ou collectivement les pays membres régionaux (PMR), et les PMR doivent être impliqués tant dans leur planification que dans leur mise en œuvre. Au nombre des solutions figurent : i) les recherches touchant aux principaux problèmes de développement auxquels fait face l’Afrique et leur relation avec la gouvernance économique mondiale et les autres biens publics mondiaux majeurs ; ii) les diagnostics pays et les perspectives d’avenir ; iii) le dialogue sur les politiques et les services consultatifs ; iv) les activités liées au savoir économique, sectoriel, et thématique ; v) l’amélioration des systèmes statistiques nationaux et sous-régionaux ; vi) la préparation, la conception et l’appui à la mise en œuvre des opérations de gestion des finances publiques et de gouvernance ; vii) le renforcement des capacités pour la formulation et la mise en œuvre de politiques ; viii) l’assistance technique et les conseils relatifs à la gestion des ressources naturelles par les PMR ; et ix) la diffusion du savoir et l’établissement de réseaux du savoir nationaux, régionaux et interrégionaux.
LE DÉPARTEMENT/LA DIVISION QUI RECRUTE :
Le Département de la politique macroéconomique, des prévisions et de la recherche a pour mission d’élaborer et de mettre en œuvre une stratégie efficace et solide pour la production, le courtage et la diffusion de connaissances de haute qualité sur différentes questions de développement économique en Afrique. Le Département apporte un appui technique aux unités opérationnelles et aux pays membres régionaux par des travaux d’analyse rigoureux dans les domaines liés à sa stratégie décennale et aux priorités opérationnelles High 5. De même, le Département travaille en partenariat avec diverses parties prenantes internes et externes pour soutenir ou promouvoir un dialogue politique efficace avec les organes de décision au sein et en dehors de la Banque. Les activités du Département s’articulent autour de la politique macroéconomique, de la soutenabilité de la dette et des prévisions d’une part, et de l’impact microéconomique, institutionnel et sur le développement d’autre part.
LE POSTE
 
Le Groupe de la Banque africaine de développement passe aujourd’hui par une phase exaltante d’ajustement stratégique et structurel, évoluant vers un mode de travail plus collaboratif et transversal. Dans le cadre de ce changement, le Complexe ECVP joue un rôle de premier plan dans le processus de repositionnement du Groupe de la Banque en tant qu’organisation innovante et dynamique qui applique efficacement le principe de l’unité d’action. Ce repositionnement consistera plus particulièrement à accroître la visibilité et l’impact politique de la Banque, en intégrant l’analyse critique des questions économiques dans tous les aspects de ses activités, y compris dans ses projets de recherche et ses actions de sensibilisation, ainsi qu’en ce qui concerne son engagement externe auprès des décideurs, des leaders d’opinion et des autres parties prenantes.
Le Directeur/La Directrice du département Politique macroéconomique, prévisions et recherche contribuera de manière substantielle à la conceptualisation, à l’élaboration, à la mise en œuvre et à l’assurance qualité de l’ensemble des produits du savoir du Groupe de la Banque. Le/La candidat(e) retenu(e)fera partie de l’équipe de direction du Complexe et de l’ensemble de la Banque, jouera un rôle clé dans l’amélioration de l’image publique de la Banque relativement à ses activités et mènera des actions de sensibilisation auprès d’un large éventail de parties prenantes externes, tout en gérant une équipe dynamique de professionnels.
La Banque africaine de développement recherche une personne justifiant d’une solide expérience en économie, faisant preuve d’une logique claire et de créativité, dotée de capacités d’influence avérées et capable de nouer des relations avec des acteurs clés du monde universitaire, des secteurs privé et public et de la société civile, et de les influencer.
Sous la direction générale du Vice-président, le/la titulaire du poste devra de manière générale assumer les fonctions suivantes :
1. Aider à fournir un leadership, des orientations et des prestations stratégiques en matière de politique économique et de recherche au sein du Groupe de la Banque, et à éclairer et structurer le travail de ce dernier par des analyses et des orientations solides.
2. Améliorer et accroître le profil de connaissance externe du Groupe de la Banque, son influence et son impact. Pour ce faire, le titulaire du poste devra assurer une communication crédible et convaincante de l’ambition stratégique de l’institution auprès de publics cibles clés, à savoir notamment les PMR, les décideurs politiques, les leaders d’opinion, les médias, ainsi que d’autres parties prenantes.
3. Constituer, diriger, gérer, encadrer et accompagner un groupe de premier ordre de chercheurs économistes, de statisticiens et d’analystes politiques afin de renforcer les capacités de la Banque en matière de dialogue politique à l’échelle nationale et régionale.
PRINCIPALES FONCTIONS 
Sous la supervision et les conseils de l’Économiste en chef/Vice-président chargé de la recherche économique, du dialogue sur les politiques et de la gestion des connaissances, le Directeur/la Directrice devra s’acquitter des fonctions suivantes :
 
COMPÉTENCES (qualifications, expérience, connaissances) 
 
Seuls les candidats qui auront satisfait à toutes les exigences du poste et qui auront été retenus pour les entretiens seront contactés. Les candidats devront soumettre un curriculum vitae (CV) complet et tout autre document complémentaire pouvant être requis. Le Président de la Banque africaine de développement se réserve le droit de nommer un candidat à un grade inférieur à celui du poste annoncé. La Banque africaine de développement est un employeur garantissant l’égalité des chances et les candidatures féminines sont vivement encouragéeshttp://www.afdb.org
 
Le Groupe de la Banque africaine de développement ne perçoit aucune contribution de quelque nature que ce soit des candidats tout au long de son processus de recrutement (dépôt des candidatures, étude des CV, entretien d’embauche, traitement final des candidatures). En outre, la Banque ne demande aucune information relative aux comptes bancaires des candidats. Le Groupe de la Banque africaine de développement décline toute responsabilité pour des publications frauduleuses d’offres d’emploi en son nom ou, de manière générale, pour l’utilisation frauduleuse de son nom de quelque manière que ce soit. 
 

BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT
AVIS DE VACANCE DE POSTE RÉF. ADB/22/808

TITRE DU POSTE :
 
DIRECTEUR/DIRECTRICE, CENTRE AFRICAIN DES RESSOURCES NATURELLES
COMPLEXE :
 
CHEF ÉCONOMISTE/ VICE-PRÉSIDENCE POUR LA RECHERCHE ÉCONOMIQUE, LE DIALOGUE SUR LES POLITIQUES ET LA GESTION DES CONNAISSANCES (ECVP) 
DÉPARTEMENT :
 
CENTRE AFRICAIN DE GESTION DES RESSOURCES NATURELLES ET D’INVESTISSEMENT (ECNR) 
GRADE 
 
EL5
SUPÉRIEUR HIÉRARCHIQUE :
 
CHEF ÉCONOMISTE ET VICE-PRÉSIDENT, RECHERCHE ÉCONOMIQUE, DIALOGUE SUR LES POLITIQUES ET GESTION DES CONNAISSANCES (ECVP) 
LIEU D’AFFECTATION :
 
ABIDJAN, CÔTE D’IVOIRE
INFORMATIONS SUR LE POSTE :
 
CE POSTE BÉNÉFICIE DU STATUT INTERNATIONAL ET OUVRE DROIT AUX CONDITIONS D’EMPLOI Y AFFÉRENTES. 
Si vous rencontrez des difficultés techniques lors de l’enregistrement de votre candidature, veuillez envoyer un courriel avec une description précise du problème et/ou une capture d’écran indiquant le problème à: HR Direct HRDirect@AFDB.ORG
SAP N°:
 
50092397
DATE DE CLÔTURE :
 
05 JUIN 2022 (à 23h59 GMT)
 
 
 
LA BANQUE :
Créée en 1964, la Banque africaine de développement est la première institution panafricaine de développement. Elle a pour mission de promouvoir la croissance économique et le progrès social dans l’ensemble du continent. La Banque compte 81 pays membres, dont 54 pays africains (les pays membres régionaux). Le programme de développement de la Banque vise à fournir l’appui financier et technique aux projets porteurs de transformation qui permettront de réduire nettement la pauvreté grâce à une croissance économique inclusive et durable. Pour davantage se concentrer sur les objectifs de la Stratégie décennale (2013-2022) et réaliser un plus grand impact sur le développement, cinq grands domaines (High 5), dans lesquels les interventions devront s’intensifier pour l’Afrique, ont été identifiés, à savoir ; l’énergie, l’agro-industrie, l’industrialisation, l’intégration et l’amélioration de la qualité de vie des populations africaines. La Banque entend constituer une équipe de direction qui pilotera avec succès la mise en œuvre de cette vision.
LE COMPLEXE :
La Vice-présidence (ECVP) est principalement chargée d’amener le Groupe de la Banque à donner la priorité à la production, l’analyse, la diffusion, le courtage et la mise en œuvre de solutions du savoir pertinentes dans toutes les priorités opérationnelles des High 5 et les thèmes transversaux de sa Stratégie décennale. Ces solutions doivent répondre clairement aux problèmes de développement prioritaires auxquels font face individuellement ou collectivement les pays membres régionaux (PMR), et les PMR doivent être impliqués tant dans leur planification que dans leur mise en œuvre. Au nombre de ces solutions figurent : i) les recherches concernant les principaux problèmes de développement auxquels fait face l’Afrique et leur lien avec la gouvernance économique mondiale et les autres biens publics mondiaux majeurs ; ii) les diagnostics pays et les perspectives d’avenir ; iii) le dialogue sur les politiques et les services consultatifs ; iv) les activités liées au savoir économique, sectoriel, et thématique ; v) l’amélioration des systèmes statistiques nationaux et sous-régionaux ; vi) la préparation, la conception et l’appui à la mise en œuvre des opérations de gestion des finances publiques et de gouvernance ; vii) le renforcement des capacités pour la formulation et la mise en œuvre de politiques ; viii) l’assistance technique et les conseils relatifs à la gestion des ressources naturelles par les PMR ; et ix) la diffusion du savoir et l’établissement de réseaux du savoir nationaux, régionaux et inter-régionaux.
 
LE DÉPARTEMENT QUI RECRUTE :
Le Centre africain de gestion des ressources naturelles et d’investissement (ECNR) est un département interdisciplinaire de la Banque africaine de développement, qui mène principalement des activités hors prêt. Il a pour mandat d’aider les pays africains à tirer le meilleur parti de l’ensemble de leurs ressources naturelles renouvelables (eau, forêts, terres et pêche) et non renouvelables (pétrole, gaz et minéraux). Pour ce faire, le Centre fournit des connaissances et une expertise pratiques, des services consultatifs, une assistance technique et des services de plaidoyer pour une gestion améliorée et transparente des ressources naturelles renouvelables et non renouvelables des pays membres régionaux (PMR) du Groupe de la Banque.
Le Centre est également le point focal des activités de collaboration du Groupe de la Banque avec les gouvernements africains, les institutions régionales, le secteur privé, les organisations de la société civile (OSC) et les partenaires de développement en ce qui concerne le secteur des ressources naturelles.
Le Centre fournit aux pays africains des produits, des outils et des services pratiques et axés sur les solutions, afin de renforcer leur capacité à réaliser une croissance inclusive et durable grâce à une gestion efficace des richesses en ressources naturelles et à des investissements dans ces ressources, en proposant des solutions pratiques concernant les décisions stratégiques, législatives et d’investissement à prendre dans ce secteur. À cet égard, le Centre agit également comme un conseiller de confiance dans le dialogue entre les gouvernements africains et les investisseurs privés en fournissant des conseils stratégiques aux négociateurs pour s’assurer que les intérêts des PMR sont pris en compte de manière prioritaire dans les accords d’investissement.
Au sein de la Banque, le Centre s’emploie à assurer la cohésion des stratégies de la Banque dans les secteurs des ressources naturelles en proposant une perspective unique à travers laquelle l’institution aborde la gouvernance des ressources naturelles.
LE POSTE :
Le Groupe de la Banque africaine de développement est en pleine phase d’ajustement stratégique et structurel et s’oriente vers un mode de travail plus collaboratif et transversal. Dans cette perspective, le Complexe ECVP est chargé de repositionner le Groupe de la Banque en tant qu’organisation innovante et dynamique, capable de travailler efficacement en synergie. Un élément important de ce repositionnement consistera à accroître sa visibilité auprès du public et son impact sur les politiques, en s’appuyant sur une compréhension critique de l’économie dans tous les aspects du travail du Groupe de la Banque, y compris dans ses engagements avec les pays membres régionaux, ainsi que dans ses engagements externes avec les décideurs, les leaders d’opinion et les autres parties prenantes.
Le Directeur/la Directrice de l’ECNR contribuera de manière substantielle à la conceptualisation, la conception, la mise en œuvre et l’assurance qualité de tous les travaux stratégiques du Groupe de la Banque dans le domaine de la gestion des ressources naturelles et des investissements. Plus précisément, le Directeur/la Directrice de l’ECNR pilotera la mise en œuvre de la stratégie et du programme de travail du Groupe de la Banque en matière de gestion des ressources naturelles et d’investissement, après leur approbation par le Conseil d’administration du Groupe de la Banque, conformément à la Stratégie décennale de la Banque et à ses Cinq grandes priorités (High 5), et en particulier au plan d’activité triennal visant à renforcer les capacités des pays membres régionaux en matière de gestion des ressources renouvelables et non renouvelables afin d’améliorer les résultats en matière de développement.
Le/la candidat(e) retenu(e) fera partie de la haute direction du Complexe et de la Banque. Il/elle jouera un rôle clé dans la promotion du travail de l’institution auprès du public et mènera des activités de sensibilisation auprès d’un large éventail de parties prenantes externes, tout en gérant une équipe dynamique de professionnels.
Sous la direction générale du Vice-président, le/la titulaire du poste est appelé(e) à :
 
1. Aider à mettre en place une vision, des prestations et un leadership stratégiques en matière de gestion des ressources naturelles et d’investissement au sein du Groupe de la Banque, et s’inspirer d’analyses et de directives pertinentes pour orienter et définir ses activités.
 
2. Améliorer et développer le profil de connaissance externe du Groupe de la Banque, son influence et son impact sur la gestion des ressources naturelles. Pour ce faire, il aura à présenter de manière crédible et convaincante l’ambition stratégique de l’institution à des publics clés :  PMR, décideurs politiques, leaders d’opinion, médias et autres parties prenantes.
 
3. Constituer, diriger, gérer et encadrer un groupe de professionnels de premier ordre afin de renforcer les capacités du Groupe de la Banque en matière de dialogue sur les politiques nationales et régionales de gestion des ressources naturelles et d’investissement.
PRINCIPALES FONCTIONS :
Sous la supervision et l’orientation du Chef économiste et Vice-président chargé de la recherche économique, du dialogue sur les politiques et de la gestion des connaissances, le Directeur/la Directrice assumera les fonctions suivantes :
COMPÉTENCES (Qualifications, expérience et connaissances)
 
 
Seul(e)s les candidat(e)s répondant à toutes les exigences du poste et retenu(e)s pour une entrevue seront contacté(e)s. Les candidat(e)s devront soumettre un curriculum vitae (CV) complet et tout autre document complémentaire pouvant être requis. Le Président de la Banque africaine de développement se réserve le droit de nommer un candidat à un grade inférieur à celui du poste annoncé.  La Banque africaine de développement est un employeur garantissant l’égalité des chances. Les candidatures féminines sont vivement encouragéeshttp://www.afdb.org
Le Groupe de la Banque africaine de développement ne perçoit aucun frais ou contribution de quelque nature que ce soit des candidats tout au long de son processus de recrutement (dépôt des candidatures, étude des CV, entretien d’embauche, traitement final des candidatures). En outre, le Groupe de la Banque ne demande aucune information relative aux comptes bancaires des candidats. Le Groupe de la Banque africaine de développement décline toute responsabilité de publications frauduleuses d’offres d’emploi en son nom ou, de manière générale, d’utilisation frauduleuse de son nom de quelque manière que ce soit. 
 

BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT
AVIS DE VACANCE DE POSTE RÉF. ADB/22/806

TITRE DU POSTE :
 
DIRECTEUR/DIRECTRICE DU DÉPARTEMENT DES STATISTIQUES
COMPLEXE :
 
CHEF ÉCONOMISTE/ VICE-PRÉSIDENCE POUR LA RECHERCHE ÉCONOMIQUE, LE DIALOGUE SUR LES POLITIQUES ET LA GESTION DES CONNAISSANCES (ECVP)
DÉPARTEMENT :
 
STATISTIQUES (ECST)
GRADE 
 
EL5
SUPÉRIEUR HIÉRARCHIQUE :
 
CHEF ÉCONOMISTE ET VICE-PRÉSIDENT, RECHERCHE ÉCONOMIQUE, DIALOGUE SUR LES POLITIQUES ET GESTION DES CONNAISSANCES (ECVP)
LIEU D’AFFECTATION :
 
ABIDJAN, CÔTE D’IVOIRE
INFORMATIONS SUR LE POSTE :
 
CE POSTE BÉNÉFICIE DU STATUT INTERNATIONAL ET OUVRE DROIT AUX CONDITIONS D’EMPLOI Y AFFÉRENTES
Si vous rencontrez des difficultés techniques lors de l’enregistrement de votre candidature, veuillez envoyer un courriel avec une description précise du problème et/ou une capture d’écran indiquant le problème à: HR Direct HRDirect@AFDB.ORG 
SAP N° :
 
50092395
DATE DE CLÔTURE :
 
05 JUIN 2022 (à 23h59 GMT)
 
 
LA BANQUE :
Créée en 1964, la Banque africaine de développement est la première institution panafricaine de développement. Elle a pour mission de promouvoir la croissance économique et le progrès social dans l’ensemble du continent. La Banque compte 81 pays membres, dont 54 pays africains (les pays membres régionaux). Le programme de développement de la Banque vise à fournir l’appui financier et technique aux projets porteurs de transformation qui permettront de réduire nettement la pauvreté grâce à une croissance économique inclusive et durable. Pour davantage se concentrer sur les objectifs de la Stratégie décennale (2013-2022) et réaliser un plus grand impact sur le développement, cinq grands domaines, dans lesquels les interventions devront s’intensifier pour l’Afrique, ont été identifiés, à savoir : l’énergie, l’agroindustrie, l’industrialisation, l’intégration et l’amélioration de la qualité de vie des populations africaines. La Banque entend constituer une équipe de direction qui pilotera avec succès la mise en œuvre de cette vision.

LE COMPLEXE :
La Vice-présidence (ECVP) est principalement chargée d’amener le Groupe de la Banque à donner la priorité à la production, l’analyse, la diffusion, le courtage et la mise en œuvre de solutions du savoir pertinentes dans toutes les priorités opérationnelles des High 5 et les thèmes transversaux de sa Stratégie décennale. Ces solutions doivent répondre clairement aux problèmes de développement prioritaires auxquels font face individuellement ou collectivement les pays membres régionaux (PMR), et les PMR doivent être impliqués tant dans leur planification que dans leur mise en œuvre. Au nombre de ces solutions figurent : i) les recherches concernant les principaux problèmes de développement auxquels fait face l’Afrique et leur lien avec la gouvernance économique mondiale et les autres biens publics mondiaux majeurs ; ii) les diagnostics pays et les perspectives d’avenir ; iii) le dialogue sur les politiques et les services consultatifs ; iv) les activités liées au savoir économique, sectoriel, et thématique ; v) l’amélioration des systèmes statistiques nationaux et sous-régionaux ; vi) la préparation, la conception et l’appui à la mise en œuvre des opérations de gestion des finances publiques et de gouvernance ; vii) le renforcement des capacités pour la formulation et la mise en œuvre de politiques ; viii) l’assistance technique et les conseils relatifs à la gestion des ressources naturelles par les PMR ; et ix) la diffusion du savoir et l’établissement de réseaux du savoir nationaux, régionaux et inter-régionaux.
LE DÉPARTEMENT QUI RECRUTE :
De manière générale, le Département des statistiques (ECST) assume les principales fonctions suivantes :

LE POSTE :
 
Le Groupe de la Banque africaine de développement est en pleine phase d’ajustement stratégique et structurel et s’oriente vers un mode de travail plus collaboratif et transversal. Dans cette perspective, le Complexe ECVP est chargé de repositionner le Groupe de la Banque en tant qu’organisation innovante et dynamique, capable de travailler efficacement en synergie. Un élément important de ce repositionnement consistera à accroître sa visibilité auprès du public et son impact sur les politiques, en s’appuyant sur une compréhension critique de l’économie dans tous les aspects du travail du Groupe de la Banque, y compris dans ses engagements avec les pays membres régionaux, ainsi que dans ses engagements externes avec les décideurs, les leaders d’opinion et les autres parties prenantes.

Le Directeur/la Directrice du Département des statistiques (ECST) contribuera de manière substantielle à la conceptualisation, la conception, la mise en œuvre et l’assurance qualité de toutes les statistiques du Groupe de la Banque. Plus spécifiquement, le Directeur/la Directrice d’ECST dirigera l’équipe des statistiques de la Banque afin de soutenir la mise en œuvre efficace des différentes fonctions susmentionnées.

Le/la candidat(e) retenu(e) fera partie de la haute direction du Complexe et de la Banque. Il/elle jouera un rôle clé dans la promotion du travail de connaissances de l’institution auprès du public et mènera des activités de sensibilisation auprès d’un large éventail de parties prenantes externes, tout en gérant une équipe dynamique de professionnels.

PRINCIPALES FONCTIONS :
 
Sous la supervision et l’orientation du Chef économiste et Vice-président chargé de la recherche, du dialogue sur les politiques et de la gestion des connaissances, le Directeur/la Directrice remplira les fonctions suivantes :
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
COMPÉTENCES (Qualifications, expérience et connaissances)
 
 
Seul(e)s les candidat(e)s répondant à toutes les exigences du poste et retenu(e)s pour une évaluation plus approfondie seront contacté(e)s. Les candidat(e)s devront soumettre un curriculum vitae (CV) complet et tout autre document complémentaire pouvant être requis. Le Président de la Banque africaine de développement se réserve le droit de nommer un candidat à un grade inférieur à celui du poste annoncé. La Banque africaine de développement est un employeur garantissant l’égalité des chances. Les candidatures féminines sont vivement encouragéeshttp://www.afdb.org.
 
Le Groupe de la Banque africaine de développement ne perçoit aucun frais ou contribution de quelque nature que ce soit des candidats tout au long de son processus de recrutement (dépôt des candidatures, étude des CV, entretien d’embauche, traitement final des candidatures). En outre, le Groupe de la Banque ne demande aucune information relative aux comptes bancaires des candidats. Le Groupe de la Banque africaine de développement décline toute responsabilité de publications frauduleuses d’offres d’emploi en son nom ou, de manière générale, d’utilisation frauduleuse de son nom de quelque manière que ce soit. 
1

Ne ratez pas les meilleures opportunités,
500 recruteurs vous attendent !
Publiez vos offres d’emploi
auprès de 3 000 000 visiteurs
redaction-emploi@jeuneafrique.com
Élargir votre réseau d’opportunités



journal etudes

Lire tous journal etudes

Laisser un commentaire