Emploi : dix métiers porteurs qui peinent à recruter en 2022 – L'Etudiant

Les entreprises favorites
Décrochez un job étudiant
Consultez les offres
Trouvez votre contrat
Modèles lettre de motivation
Prêt pour trouver un emploi ?
Bien répondre aux recruteurs
Consultez les offres
Emploi : dix métiers porteurs qui peinent à recruter en 2022
INFOGRAPHIES – Trois millions de projets de recrutement sont attendus en 2022 selon l’enquête de Pôle emploi sur les besoins de main d’œuvre. Découvrez les métiers les plus porteurs, mais qui peinent à trouver des candidats pour identifier les opportunités d’emploi.
L’emploi a fortement rebondi l’an passé et 2022 s’annonce sous de bons auspices. Le niveau des intentions d’embauche en 2022 est en hausse de +12% sur un an selon la dernière enquête de Pôle emploi auprès des recruteurs sur leurs besoins de main-d’œuvre (BMO). De l’aide à domicile en passant par le carrossier, l’infirmier ou le pharmacien, quels métiers recrutent le plus mais peinent à trouver des candidats ? On fait le point en infographies sur ces opportunités d’emploi ouvertes aux jeunes.
Pour la première fois, la barre des trois millions de projets d’embauche est même franchie (+323.000 projets d’embauche). Un établissement sur trois compte recruter cette année contre un sur quatre l’an passé. Autre bonne nouvelle, les postes à pourvoir ne sont pas majoritairement précaires : 71% des projets d’embauche portent sur des emplois en CDI ou en CDD de plus de sept mois. 70% des recrutements s’effectueront aussi dans des PME comptant moins de 50 salariés.
Lire aussi
Avec des prévisions de recrutement en forte hausse dans tous les secteurs, les difficultés à trouver la perle rare se multiplient : sont ainsi très recherchés et difficiles à trouver les plombiers et chauffagistes dans l’artisanat, les couvreurs dans le BTP ou encore les chaudronniers et les métalliers dans l’industrie. Plus de 80% des employeurs jugent qu’il leur sera difficile de recruter des compétences sur ces postes.
La pénurie de candidats reste la principale difficulté de recrutement pour 86% des recruteurs potentiels, devant l’inadéquation des profils, citée par 71% des employeurs.
Ce qui manque aux candidats quand il y en a ? Aux yeux des recruteurs, il s’agit tantôt d’un manque d’expérience, tantôt d’un diplôme inadéquat, tantôt d’une absence de motivation. L’insuffisance de mobilité des candidats est aussi pointée du doigt avec l’absence de permis de conduire. Mais les employeurs reconnaissent aussi qu’une partie des difficultés de recrutement ne tiennent pas aux candidats mais à eux-mêmes : déficit d’image de leur secteur, moyens financiers qui manquent pour payer mieux les salariés…
Conclusion : pour que l’offre et la demande de travail se rencontrent chacun devra faire des concessions. Les employeurs devront être moins exigeants quant au niveau d’expérience, par exemple en donnant leur chance à des débutants et proposer de meilleurs conditions salariales et de travail. Côté candidats pour décrocher le job, il leur faudra acquérir de l’expérience, par exemple par la voie de l’apprentissage qui facilite l’insertion professionnelle et se montrer plus mobiles !
Lire aussi

source


journal etudes

Lire tous journal etudes

Laisser un commentaire